conception de site web

Sécuritaire notre Canada?

Catégorie: Politique

chronique image
Maxime Daigle
24 octobre 2014

La ville de Moncton au Nouveau-Brunswick, reconnue pour être tranquille et paisible, a vécue une journée cauchemardesque au mois de juin 2014 alors que 3 agents de la GRC ont été tués en tentant de protéger des citoyens canadiens.

Ottawa quant à elle se remet tout juste d'une journée de terreur où Nathan Cirillo, 24 ans et soldat réserviste, a été abattu par balle au cénotaphe à quelques pas du Parlement canadien. Le responsable de ce meurtre a, par la suite, été semé la terreur en ouvrant le feu au Parlement.

Le coupable cette fois-ci? Michael Zehaf Bibeau, qui a lui-même été abattu à l'intérieur du Parlement après avoir tiré plusieurs coups de feu et blessé 4 personnes.

Qu'est-ce que les 2 crimes ont en commun? Plusieurs choses, mais ce que je remarque, c'est que les 2 tueries étaient dirigées vers des symboles canadiens importants: des membres de la GRC ou des forces policières et l'ultime symbole canadien, le Parlement, qui est un emblème puissant de la démocratie et de l'identité canadienne.

Pour répondre à ma propre question, oui je me sens encore en sécurité au Canada. Malgré que ces événements font peur et que je réalise que ça peut arriver n'importe où et à n'importe quel moment, j'ai encore une grande confiance envers les corps policiers qui protègent et servent les Canadiens et Canadiennes.

Pour moi, le fait que Michael Zehaf Bibeau a été stoppé en moins de 120 secondes me laisse croire que la sécurité au centre-ville d'Ottawa a fait un travail impeccable, peu importe ce qu'en disent les médias. Par ailleurs, le fait que le criminel a été limité à un seul meurtre est quelque chose en soi, si on compare avec d'autres événements violents survenus à l'extérieur du pays.

Le héros du jour? Kevin Vickers, 58 ans, a été applaudi chaleureusement à la Chambre des communes pour avoir été celui qui a stoppé la cavale du jeune homme troublé qui à mis K.O. le centre-ville d'Ottawa et ce pendant plusieurs heures.

Honnêtement, j'ai de la difficulté à adhérer à l'idée de mettre M.Vickers sur un piédestal. Je salue son courage et son dévouement à protéger le symbole ultime canadien et il mérite de recevoir des remerciements sincères, mais fondamentalement, on parle d'un homme qui a tué un humain par balle. Un meurtre ne devrait jamais être applaudi, même si ç'a été fait dans le but de sauver plusieurs autres citoyens et la dignité du Canada. Au niveau de la conscience, j'ai de la difficulté a accepté qu'on le présente comme un héros quand tout ce qu'il a fait c'est remplir le mandat d'un sergent d'armes de la Chambre des communes. Si cet homme est vraiment un héros, il a agi par devoir, sans penser aux récompenses à venir. À en voir sa réaction le lendemain, Kevin Vickers n'est pas enchanté d'avoir eu à enlever la vie d'un homme, ce qui me rassure.

On peut accepter un meurtre lorsqu'il est fait par légitime défense, mais le gratifié de cette façon me fait me poser des questions morales importantes. Sans enlever à l'importance du geste posé par Kevin Vickers, il ne faut pas oublier qu'il n'agissait pas seul. Il y avait d'autres policiers et gardes de sécurité avec lui.

En fait, ce que j'essaie de dire, c'est que j'aimerais remercier les individus qui travaillent de loin ou de proche à assurer la sécurité des citoyens du Canada. On critique souvent leur travail, mais au final, ils remplissent leur mandat de belle façon. On les remercie trop peu, mais c'est 365 jours par année que nous devrions les applaudir sans retenue, pas seulement le lendemain d'un événement tragique. C'est eux qui risquaient leurs vies alors que nous étions en sécurité à l'intérieur en attendant que la menace soit maîtrisée mercredi matin.

Bref, on peut se sentir chanceux d'avoir des gens avec la feuille d'érable tatoué sur le coeur, prêt à défendre les intérêts canadiens devant nimporte quel menace, que ce soit en sol canadien ou à l'étranger. On vous en remercie!